De 10 euros à 500 euros ? Vous avez envie de participer au financement participatif d’Appidys ? C’est parti ! Rendez-vous sur microcultures.fr. Pas encore convaincus? Lisez notre lettre ouverte ! 

Notre lettre ouverte

Je m’appelle Isabelle, j’ai 40 ans. Mon fils, Luc, a 13 ans. Il est en classe de 4e dans un collège général de Toulouse. Comme beaucoup de jeunes de son âge : il joue à Minecraft et Clash Royale, se marre devant les vidéos de Cyprien et Norman, a lancé sa chaîne YouTube, pratique le handball, adore et se dispute avec sa petite sœur…
La seule différence ? Luc souffre d’une dyslexie-dysorthographie sévère, c’est-à-dire le niveau le plus grave de ce handicap cognitif. Vitesse de lecture deux à trois fois plus lente, déchiffrage syllabique laborieux, confusion de lettres, écriture chaotique, fatigabilité accrue… Résultat : Luc ne peut pas lire un livre seul !

Du coup, à la maison, c’est la grande débrouille. Lecture de pages en autonomie (qu’il faut parfois relire car elles ont été mal comprises), séance de lecture à voix haute de chapitres pour l’aider à entrer dans l’histoire (quand on arrive à se dégager du temps), téléchargements de livre audio et suivi du texte avec le livre papier, tripatouillage avec les synthèses vocales des tablettes, visionnage des adaptations cinématographiques (s’il y en a), recherche de questionnaires et de résumés sur Internet pour vérifier la compréhension du texte… Tout ça, c’est juste pour lire un livre ! Je vous passe tout le travail effectué par Luc pour arriver à suivre le travail scolaire dans toutes les matières.

En France, 10% des enfants scolarisés ont des difficultés à lire ; la moitié parce qu’ils présentent un handicap : la dyslexie. Or, la lecture est à la base de tous les apprentissages scolaires et surtout l’indispensable porte d’accès à la culture.

Notre idée : créer des fonctionnalités au livre numérique adaptées au handicap entièrement pilotables par le lecteur en fonction de son niveau et de ses difficultés propres : choix de polices spécifiques, réglages de la taille de la police, réglage de l’interlignage du texte, suivi de lecture par surlignage du texte, lecture par synthèse vocale du texte et des mots seuls, réglage de la vitesse de lecture audio et du surlignage…

  • Des atouts impossibles à concurrencer par le livre papier.
  • Des fonctionnalités inexistantes sur la très grande majorité des livres numériques édités aujourd’hui.
  • Des outils pédagogiques qui les accompagnent dans leurs progrès et leur offrent – enfin – une autonomie de lecture.

Les dernières études en neurosciences préconisent les livres numériques pour les enfants souffrant de ce handicap cognitif. Car plus un dyslexique lit, mieux il lit.

Le plus ? Initié par Mediatools, agence de création digitale spécialisée dans la jeunesse, Appidys a pour ambition de proposer une édition numérique de qualité. Par qualité, nous entendons des applications conçues par des concepteurs multimédias expérimentés, réalisés par des auteurs et artistes jeunesse de talent et développés par des informaticiens spécialisés dans le multimédia.
Ce positionnement se traduit par un design, une ergonomie et des contenus qualitatifs qui permettent de :

  • se distinguer de la majorité des applications jeunesse qui sont produites pour le marché américain et chinois
  • de produire des applications pérennes dont la durée de vie et donc la rentabilité seront accrues sur le moyen et long terme.

Aujourd’hui, les applications mobiles les plus rentables sont celles qui ont fait le pari de la qualité.

Pour ce projet, l’agence est à la recherche de fonds pour améliorer la conception de son nouveau prototype de liseuse dite “accessible”. Dans ce domaine, Mediatools a déjà fait ses preuves : l’agence a reçu le Prix de l’innovation numérique 2011 Midi Pyrénées pour sa liseuse de livres numériques multiplateformes (mobile, web, desktop).

Si cette lettre a suscité votre intérêt, n’hésitez pas à nous contacter ! Nous sommes à votre entière disposition pour de plus amples renseignements sur le projet.